LA VOIE "ROYAL"

Désirs d'avenir 06 - Nice et Alpes-Maritimes

30 août 2006

Dominique Reynié : «Les éléphants du PS jouent avec le feu»

logo_figaro

Propos recueillis par Olivier Pognon

Pour Dominique Reynié, professeur des universités à l'Institut d'études politiques de Paris, les attaques répétées contre Ségolène Royal peuvent avoir «pour effet de la conforter».

Le FIGARO. – Lionel Jospin s'est-il remis dans la course à la candidature à La Rochelle ?

Dominique REYNIÉ. – Son intervention a suscité le respect. Mais il paraît contradictoire de rechercher le leadership par un discours fait d'émotion et d'aveux sur toute une série de faiblesses. D'autant plus que l'essentiel de son intervention était tourné vers le passé.

La position de Ségolène Royal peut-elle être ébranlée par les attaques qu'elle a subies ?

Les éléphants du PS concentrent le feu sur elle. Cette façon d'agir est à double tranchant. Leur but est évidemment de la déconsidérer dans l'opinion. Mais à supposer qu'ils y parviennent, il n'est pas sûr que l'un d'eux puisse susciter une empathie équivalente. Il est d'ailleurs possible que le tir groupé des éléphants du PS, cette façon qu'ils ont de se mettre ensemble pour déconsidérer l'icône, ait pour effet de la conforter. Pour l'opinion, ce sont des gens qu'on a toujours vus alors que Ségolène Royal apparaît, à tort ou à raison, comme nouvelle.

Que peuvent faire alors Fabius, Strauss-Kahn et Hollande ?

François Hollande reste dans la course. Il a pris le PS dans la situation très mauvaise où il était en 2002 et il l'a reconstruit. Beaucoup de militants considèrent que sa tâche était difficile et lui savent gré de l'avoir menée à bien.

Dominique Strauss-Kahn cristallise tout ce qui aujourd'hui menace de placer le PS à contretemps : il a milité pour le oui au référendum européen, il défend l'orientation sociale libérale et il est favorable à la régularisation des sans-papiers.

Quant à Fabius, les militants du PS lui reprochent de ne pas avoir respecté la décision du parti sur le référendum européen, et il est structurellement impopulaire. De toute façon, leur avenir à tous dépendra de l'évolution de la popularité de Ségolène Royal : si elle reste dans l'état d'apesanteur qu'elle connaît depuis des mois, personne ne pourra lui résister.

Dans le choix du candidat par les militants, la ligne idéologique et politique qu'il défendra peut-elle peser plus lourd que ses chances d'être élu ?

La capacité de battre la droite va être déterminante. Mais l'idée d'un clivage entre Ségolène Royal, qui n'aurait pas d'idées, et les autres qui en auraient, ne tient pas. En réalité, la différence se fait sur la personnalité. Il n'est pas certain, d'autre part, que l'expérience accumulée au gouvernement par Jospin, Fabius, Strauss-Kahn, soit aux yeux des Français une expérience réussie au point qu'ils puissent en tirer profit contre Ségolène Royal.

Finalement, le débat actuel sert-il le PS ?

Les éléphants candidats à l'investiture PS jouent avec le feu. Personne ne croit qu'il s'agit d'un débat d'idées. Ce qu'on a compris, c'est qu'il y a une foire d'empoigne. Et les Français ont le sentiment qu'on s'efforce de déconsidérer la candidate qui a leur préférence.

Posté par segoleneausud à 13:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Drôle de référence !

    Je découvre avec un peu de surprise (et par accident) ce blog. Je me suis laissé entraîner par la curiosité et je trouve étrange de faire un blog politique pour se contenter de reprendre des articles de presse (pour l'essentiel). Et là, c'est un sommet : Le Figaro, pour un site consacré à Ségolene Royal. Le blairisme est dépassé !!

    Posté par Marco, 31 août 2006 à 23:23
  • Non, pas une référence...

    ... simplement information la + large possible: porter des oeillères n'a jamais développé le champ de vision, et d'autre part il n'est pas toujours inintéressant d'apercevoir le clocher du voisin, au loin!
    Ne nous dites pas que vous défendez la censure!!!

    Posté par Jujube, 01 septembre 2006 à 12:44
  • Tolérance

    Dominique Reynié n'est pas un journaliste asservi à Marcel Dassault, c'est un prof à l'IEP de Paris. Il est réputé proche des chiraquiens (il a été du début de l'aventure de la fondation de l'innovation) mais il ne peut pas dire n'importe quoi lorsqu'il est interviewé en tant que politiste.
    Il a été mon directeur de thèse alors qu'il me savait socialiste et tout s'est toujours très bien passé entre nous. Comme quoi certains sont plus tolérants que d'autres.

    Posté par Ipouah, 02 septembre 2006 à 10:59

Poster un commentaire