LA VOIE "ROYAL"

Désirs d'avenir 06 - Nice et Alpes-Maritimes

12 octobre 2006

Sur l'économie, Mme Royal est jugée la plus crédible

LemondeCouv

Selon un sondage BVA, publié mardi 10 octobre par Les Echos, Ségolène Royal domine, sur tous les sujets économiques, ses deux rivaux, Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn, pourtant anciens ministres de l'économie. 42 % des sympathisants de gauche et de la droite parlementaire lui font davantage confiance pour créer des emplois contre 22 % pour M. Strauss-Kahn et 11 % pour M. Fabius. Ce dernier, qui se présente comme le "candidat du pouvoir d'achat", est également battu sur ce terrain

Posté par segoleneausud à 07:16 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Mais sur l'Europe elle n'est vraiment pas crédible. Surtout sur la question de la Turquie. Dire qu'elle n'a pas d'avis et qu'elle se rangera derrière l'avis des Français est purement démagogique. Un responsable politique doit avoir des idées.

    pour info:
    http://desirsdereaction.over-blog.com

    Posté par CAT, 12 octobre 2006 à 10:07
  • Sur l'Europe et sur les Français

    En ce qui concerne les positions de Ségolène Royal sur l'Europe, renseignez vous un peu mieux avant de dire qu'elle n'a pas d'avis, notamment sur son site qui propose à la une : "sept propositions pour l'Europe par la preuve" (http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=actualites&actu=193)

    Quant à la question sur la Turquie, la question est suffisamment complexe pour éviter de lancer des anathèmes un peu faciles. Ce débat n'est pas celui d'une seule personne, mais c'est le problème d'un parti qui porte nos valeurs, mais aussi ne vous en déplaise, le problème du peuple français, qui comme vous devez vous en souvenir, un certain 29 mai, a notamment refusé qu'on lui IMPOSE une Europe sur laquelle il n'avait pas eu son mot à dire. Cessez un peu de considérer que les Français n'ont pas un droit de parole, que leur avis ne compte pas car ils ne sont pas suffisamment "experts", "avertis", "informés". Ce discours récurrent de la part de certains, est méprisant et indigne de ceux qui prétendent proposer une société nouvelle.

    Dire qu'elle est démagogique et qu'elle n'a pas d'idées, est injuste, réducteur et un peu trop facile. Cela dénote, soit d'une mauvaise foi caractérisée, soit d'une paresse intellectuelle, soit d'un déficit d'informations.

    Posté par Lisa, 12 octobre 2006 à 11:06
  • mouais

    J'avoue m'intéresser de près au "phénomène" Royal car des 3 postulants c'est à la fois celle que je connais le moins et aussi celle qui a priori a le plus de chance d'être investie. Plus je lis et écoute Madame Royal plus je suis sceptique. Sur la Turquie par exemple je l'ai entendu à la radio et dire qu'elle suivra l'opinion du peuple. Celà ne me semble pas une bonne réponse. Bien sur il faut l'écouter, bien sur il faut le respecter mais ce que l'on demande d'abord et surtout à nos responsables c'est de nous éclairer pour que, en conscience, on décide ou non de les suivre. Dire l'inverse ne me semble pas la bonne solution. C'est un exemple parmi d'autres qui me laisse bien perplexe. Si elle est investie pas de problème car avoir 5 ans supplémentaires de gouvernement UMP serait difficilement supportable. Il y a aussi d'autres choses qui me gênent comme par exemple le fait que beaucoup de ses soutiens disent se rallier à elle car elle est populaire et donc elle pourra battre la droite. Je trouve celà très dangereux car qu'en sera-t-il dans 6 mois si les sondages ont changé et que nous nous rendrons compte que sur les problèmes de fond il n'y a pas d'accord à gauche. Enfin, et toujours pour nourrir la réfléxion, en plus des différents articles que vous citez il me semble qu'il faut lire l'article du monde du 9 octobre intitulé "le cas travailliste à méditer", celà fait réfléchir. Bien plus en tout cas que l'ouvrage "La prétendante" qui est un pamphlet qui ne fait pas avancer le débat à mon sens.

    Posté par simon, 12 octobre 2006 à 12:11
  • La Turquie et les sondages

    Sur la Turquie, j'entends bien quand vous dites, que nos responsables doivent nous éclairer... mais quand on voit à quel point au sein même de notre parti, ils sont divisés sur cette question, c'est pas gagné. D'autant qu'ils ont tous des arguments largement défendables. Par ailleurs, c'est vraiment agaçant cette manie de vouloir absolument écarter des réflexions, les citoyens comme s'ils étaient tous des crétins incapables de donner des avis intelligents ou dignes d'intérêt. Ne s'intéresser à eux uniquement au moment du passage dans l'isoloir, n'est-ce pas un peu suranné comme manière de penser ? Quand aux sondages, c'est pareil, vous pensez que les soutiens de Ségolène ont une foi inébranlable dans les sondages, les pensez-vous aussi stupides ? Les sondages ne sont que des sondages et il faut les manipuler avec la plus grande précaution, toutefois, ça fait un an que ça dure... et puis je suis toujours amusée de cet argument là, car si l'un des candidats opposé à S.ROYAL parvient à récupérer quelques points dans l'un ou l'autre de ces fameux sondages, ils n'hésitent pas alors à les brandir pour prouver que leur candidat "remonte" (voir un peu plus haut)... dans les sondages !

    Posté par Steph, 12 octobre 2006 à 13:18
  • Sur "le cas travailliste"

    J'ai consacré une thèse au Parti travailliste, je peux donc en parler en connaissance de cause. Ca fait des années que cet auteur (Philippe Marlière) écrit des chroniques manichéennes sur Blair sans vérifier ses dires.

    Rien que dans ce court article je pourrais pointer 5 ou 6 erreurs de fait ou des contre-vérités. En 1994 Gordon Brown n’était pas perçu comme un homme de gauche proche des syndicats. Il était exactement sur la même ligne que Blair mais il était simplement moins photogénique et populaire (un peu comme DSK et Ségolène aujourd’hui). Les dates et les chiffres des adhésions ne sont pas exacts et les données électorales sont tournées pour coller à sa démonstration avec une mauvaise foi déconcertante. Blair a peut-être baissé de quelques points sur 3 élections mais il a obtenu 3 majorités parlementaires d’affilée ce que le Parti travailliste n’avais jamais réussi à faire (et ne parlons pas du PS !)

    Blair est mille fois critiquable sur plein d'aspects mais la situation britannique n’a rien à voir avec la situation française (on pourra comparer après une quinzaine d’années de régime Sarko) et je trouve qu'il est un épouvantail bien pratique pour diaboliser de prétendus sociaux-libéraux au PS.

    En outre sa politique a été beaucoup plus redistributrice qu’on ne le dit et il a réussi à augmenter les impots dans un pays qui sous Thatcher y était devenu allergique. Mais son problème à lui était de fidéliser les classes moyennes car le Parti travailliste était contrairement au PS un parti authentiquement ouvrier et que cette base ne suffisait plus pour gagner les élections (18 ans d'opposition avant son arrivée à Downing Street, rappelons le). Le probléme des socialistes français, on l'a vu en 2002 mais ça dure depuis presque toujours, ce sont les classes populaires et le débordement sur sa gauche de formations qui n'ont jamais émergé en Grande-Bretagne. D’où la différence énorme de rhétorique.

    Posté par Xavier, 12 octobre 2006 à 13:23
  • Cher Steph....

    Ouf...bien d'accord avec vous....les sondages sont à manipuler avec prudence. Sauf, quand même que c'est sur cette base qu'on n'arrête pas de nous seriner qu'il n'y a que Ségolène ROYAL qui peut battre Sarkosy et que c'est aux vues de ces sondages qu'un certain nombre de camarades pas plus ségolistes que dsk se positionnent aujourd'hui. C'est pourquoi les débats internes sont absolument indispensables parce que c'est à ce moment là que les militants pourront, enfin, s'exprimer à la place des médias et des instituts de sondage. Et bon sang LISA arrêtez de dire que les personnes qui ont un avis divergent du votre sont soit malhonnêtes intellectuellement ou de mauvaise foi....si çà commence comme çà...on n'est pas arrivé!....

    Posté par nathalie, 14 octobre 2006 à 22:43
  • Pas d'accord

    Moi je suis pas d'accord avec vous Nathalie. je suis quelqu'un d'indépendant, pas ségoliste plus qu'autre chose et je me déterminerai que sur les sondages. D'ailleurs vous devriez vous réjouir DSK remonte lentement mais il remonte. Vous devriez en faire état plus souvent des sondages de DSK. Maintenant il devance nettement Fabius, de 5 points. Bien entendu ça reste encore un peu loin de Ségolène. En tout état de cause, moi qui aimait beaucoup Jospin, je considère DSK responsable de son retrait défintif cette fois. Et j'espère que très peu de jospinistes se laisseront prendre à ses sirènes. D'ailleurs on m'a dit à paris qu'un texte était en préparation à l'initiative de Daniel Vaillant qui ne serre plus la main de DSK (le savez vous chère nathalie?) pour n'appeler à voter pour personne.

    Posté par corinne, 17 octobre 2006 à 18:11
  • Jospin...

    Si nous devions nous résumer au sondage (nous autres qui soutenons DSK) nous aurions depuis longtemps abandonné la partie (sourire) et pour tout vous avouez, la tentation a parfois été grande. Sincèrement, nous ne regardons pas (bon allez...comme tout le monde un peu quand même surtout quand ils sont bons pour nous sourire) les sondages, pour une simple et bonne raison, c'est qu'ils se sont toujours trompés.
    Concernant les personnes qui soutiennent L Jospin, elles sont bien libres de faire ce qu'elle veulent. Il n'empêche que la vision de la social-démocratie prônée par DSK ressemble beaucoup à celle de Lionel Jospin et les 4/5ème de ce qu'a pu dire DSK hier soir aurait tout aussi pu être dit par Lionel Jospin....Si Lionel Jospin s'était déclaré il y a un an....il n'y aurait certainement pas eu DSK.

    Posté par nathalie, 18 octobre 2006 à 11:58

Poster un commentaire