LA VOIE "ROYAL"

Désirs d'avenir 06 - Nice et Alpes-Maritimes

14 décembre 2006

Débat participatif sur l’excellence environnementale : La synthèse

royalaffiche

Voilà la synthèse de notre débat de mardi.

La synthèse définitive sera envoyée à Ségolène Royal par la voie de Désirs d'Avenir.

A vous, si vous le souhaitez de proposer des modifications, des observations ou des compléments.

Bravo à tous pour votre participation !

Participation importante : 130 personnes, Presse : France 3, France Bleue Azur, Nice Matin

I - Exposé de Gilles Martin sur les difficultés et les enjeux de légiférer et d’élaborer un code de l’environnement en France.

Gilles Martin est avocat au barreau de Nice, professeur à l’Université de Nice- Sophia et à Sciences Po Paris, Président de la commission d’experts chargée de présenter un code de l’environnement. à la demande à l’époque d’un Ministre de l’Environnement du nom de … Ségolène Royal.

A. Une expérience décevante et une occasion définitivement manquée (1992/1996)

Sous la pression du conseil constitutionnel et des écologiques «canal historique et de métier», soutenus par les cabinets ministériels successifs, généralement issus des mêmes écoles prestigieuses, choix a été fait contre l’avis de la commission, d’empiler, de classer, numéroter et rassembler les nombreux décrets et réglementations votées depuis le début des années 70; au lieu de remettre tout à plat et de donner une réelle cohérence, clarté et efficacité à l’ensemble.

Un vague compromis a pu être trouvé en faisant voter, dans la loi dite Barnier, quelques principes directeurs comme le principe pollueur- payeur et le principe de précaution.

B . 3 enjeux majeurs

- Le réchauffement de la planète

- L’eau : sa pollution, donc sa qualité ;  mais aussi  sa répartition, donc ses quantités disponibles là où se trouvent concentrés les plus fortes populations ainsi que son gaspillage.

- la biodiversité et sa disparition très rapide et jamais constatée auparavant et ce depuis 40 ans.

C . Les leçons pour un futur gouvernement socialistes ; des exemples

-         la nécessité vitale d’allier coopération internationale, donc modestie nationale et acceptation de travailler avec d’autres méthodes  avec les actions locales ;

-         problème pour l’environnement en France des « Grands Corps » (malades ?) que sont les X Mines, X Ponts et eaux et forêts qui ont fait main basse sur le Ministère en l’enfermant sur lui-même dans une rhétorique théorique inapplicable,  quoique sans audace  et surtout sans ouverture sur d’autres compétences et expériences.Ex certes iconoclaste : la mauvaise « qualité » du cabinet de Ségolène Royal à l’Environnement…

-         une administration hémiplégique et dogmatique dans les textes comme dans les têtes et malheureusement souvent de gauche ( !) en parfaite complicité avec une certaine nomenklatura écologique qui monopolisent la réflexion et les incantations.

-         La police administrative ne résout rien ; la preuve : le Medef après l’avoir honnie la réclame car il la préfère à des actions citoyennes et à une vraie intégration des valeurs environnementales dans le processus économique, qui est pourtant la seule solution durable. Pour porter les valeurs de l’environnement au cœur de la société, la préoccupation écologique doit devenir un instrument du marché, un outil de la concurrence et cela a déjà commencé, même aux Etats-Unis. Et c’est en cela qu’il faut être optimiste.

-         Notre économie a été capable d’absorber les congés payés, de maladie et de grossesse, l’arrêt du travail des enfants, la réduction du temps de travail, malgré les cris d’orfraie de début du patronat, elle pourra sans problème absorber la préservation de l’environnement dans son processus et même s’en trouver dopée.

II - Très nombreuses interventions et suggestions des participants. A chaque problème, une proposition, une solution

la vision socialiste en matière d'environnement est-elle pauvre ?

Oui aujourd’hui, non demain.

Jusqu’ici laissé aux Verts, avec il faut le dire, pendant de nombreuses     années, une certaine condescendance. Rassurons-nous à l’UMP aussi la vision est maigrelette ; mais ce n’est pas une raison, car l’environnement est, par essence, et doit rester une préoccupation socialiste, puisqu’il s’agit de préserver un bien ô combien collectif et que l’action et le bénéfice individuels ne suffisent pas. La population semble maintenant prête et même en attente.

-        Faut-il interdire les OGM :

Oui et non

Avant tout éviter le dogmatisme sur ce sujet et ne pas plonger dans l’obscurantisme qui nous rendrait ensuite entièrement dépendants des USA, de la Chine ou de l’Inde pour notre alimentation et celle des pays du sud.

Appliquer le principe de précaution en maintenant et finançant des équipes de recherche qui analysent les risques.

Car il y a un problème de brevets avec les OGM : doivent –ils être gratuits en matière d’alimentation, comme on pourrait le demander pour l’accès à l’eau potable et à l’assainissement (avec des risques de gaspillage et de déresponsabilisation) et en matière de soins et de médicaments ?

La France doit veiller, réfléchir et proposer rapidement des réglementations dans ce domaine vital pour la planète.

Seulement interdire= sortir du jeu et ne plus rien maîtriser de son avenir  et de celui des pays pauvres qui comptent sur elle.

- L'écologie est-elle réservée aux riches (pays et citoyens) ?

Oui et non.

. Il est vrai que lorsqu’on a pas l’eau potable comme c’est le cas de 3 milliards d’individus, on ne se préoccupe pas encore de l’assainissement c'est-à-dire du nettoyage et de la dépollution des eaux usées ; il n’y a pas d’évier, de sanitaires et de canalisations dignes de cet emploi pour collecter et évacuer tout ça.

Par contre un cercle « boueux » se met en place : les eaux sales polluent l’eau destinée à la consommation.

NB : un minimum s’impose  quand on travaille dans un pays très pauvre avec une ONG pour creuser un puits : prévoir pente et éloignement, + bloc sanitaire en fonction de ces contraintes basiques.

. Pareil pour les déchets : quand on ne consomme pas et qu’on récupère sa subsistance en partie dans les ordures des riches.

Par contre pour la cuisson ou l’élevage extensif, on brûle la forêt, l’érosion suit, les sols fuient et c’est… fini.

La Chine et l’Inde « découvrent » aujourd’hui le problème de la pollution de l’air et des fleuves et ressources en eau et se rendent compte que c’est un frein à leur développement actuel.

En fait les pays les plus pollueurs restent les Etats-Unis avec 25% de la pollution totale pour seulement 5% de la population mondiale, et les pays émergents où de grandes disparités sociales existent et où aucun maillage réel de service public payant (transports collectifs, ramassage et traitement des déchets, collecte et dépollution des eaux usées  n’a été mis en place : Chine, inde mais aussi Mexico par ex. pour l’eau (60 à 70% de perte dans le réseau).

La notion de service  payant est importante car si c’est gratuit cela n’a pas de valeur et on peut gaspiller, ne pas entretenir et même détruire ; aider les démunis à les payer.

NB : par expérience, les services mêmes rustiques d’alimentation en eau construits avec les ONG dans les pays déshérités sont durables à la seule condition d’une contribution financière de la communauté villageoise.

Création de fonds de développement durable comme celui créé par le Grand Lyon en partenariat avec Veolia, ou la contribution de 1 centime sur chaque m3 d’eau consommé versée par le Syndicat des eaux d’Ile de France à des ONG pour des projets d’adduction d’eau précis et contrôlés + les transferts de compétences et la formation effectuée sur place par les salariés de Veolia et les fonctionnaires territoriaux.

Les voitures non polluantes  ou les panneaux solaires sont-ils trop chers pour la plupart des français qui  « flottent » avec difficulté en deçà ou  vaguement au-dessus du seuil de pauvreté ?

Ce ne devrait plus l’être car les prix ont baissé, EDF rachète au prix fort, des aides publiques nationales et locales existent, et la rentabilité est au RDV en quelques années.

L’Etat ou les Collectivités+ les banques ont leur rôle à jouer ; ils devraient distribuer des prêts à taux zéro pour permettre à tous d’attendre l’amortissement énergétique de leur investissement. Ce sont des investissements publics, privés et bancaires rentables et utiles au niveau collectif et individuel.

Ensuite ce sont des dépenses importantes en moins et une augmentation de pouvoir d’achat. Idem pour les immeubles HLM ou pas, les véhicules économes et hybrides.

- La prise en compte de l’environnement est-elle rentable pour les entreprises et l’agriculture ?

Non aujourd’hui, oui demain

Tous les coûts finaux environnementaux sont-ils répercutés ?

Ex : l’agriculture consomme et donc pollue 80% de l’eau consommée en France mais ne paie quasiment aucune redevance Eau et pollution. 22 % des exploitations reçoivent 78% des subventions européennes (dont la reine d’Angleterre et le prince de Monaco !).Et vice-versa : 78% des agriculteurs dont les « bio » se partagent les  22% restants.

La PAC doit être revue en ce sens car l’agriculture « écologique » peu polluante est beaucoup moins subventionnée actuellement que celle qui pollue le plus. Quand elle n’est pas sanctionnée (ex des engrais orties interdits) !

Mais attention aussi à l’écologie arbitraire « de nantis » :

En Afrique par ex. 80% des récoltes sont détruites par non utilisation de pesticides , 50% avec utilisation de pesticides,10 à 20% seulement avec des OGM… Avant de protéger l’environnement, il faut manger, et boire. Ce que nous devons leur permettre c’est de faire les deux à la fois.

- La croissance est-elle soluble dans l’Environnement ?

Non si nous nous en donnons les moyens

Peut-on se permettre de dire et imposer aux pays émergents (et à ceux qui n’émergent pas encore…) : «  stop, on siffle la fin de la récréation de la consommation et de la pollution, il fallait émerger avant, consommer, gaspiller quand il en était encore temps, maintenant c’est plus possible, c’est trop tard, on a déjà tout « mangé », tout pollué » ? Est-ce supportable ?

A nous, qui avons tout hypothéqué sur plusieurs générations et au niveau de toute la planète de trouver des solutions innovantes, astucieuses, courageuses qui ne soient pas forcément synonymes de décroissance.

Il faut changer de modèle de croissance et non l’arrêter. le développement durable c’est remettre l’homme, tous les hommes au centre de la société et de la croissance économique.

Donnons des crédits à la recherche dans ce sens, formons des jeunes ingénieurs, commerciaux, financiers, techniciens et simples opérateurs dans ce sens.

Le mode de distribution délégué de l’eau en France a suscité beaucoup de questions et de remarques.

Devant l’intérêt porté à  ce sujet par les participants à ce débat dans les Alpes Maritimes, proposition a été faite de constituer un groupe de travail qui avancera sur l’étude du sujet au niveau national, local et international afin de faire des propositions pour les différentes échéances électorales à venir.

D'ores et déjà quelques réponses et pistes de réflexion ont été apportées où il apparaît que l’Eau, produit local,  a surtout besoin de courage politique et de coopération intercommunale d’une part, et de fermeté des   administrations locales d’autre part.

En effet le savoir –faire  avec  les salariés est transmis automatiquement aux régies directes lorsqu’elles reprennent ce service (idem pour la propreté).la continuité du service est ainsi garanti.

Par contre la mutualisation des investissements des communes est indispensable afin de financer des équipements de plus en plus sophistiqués au fur et à mesure que la pollution augmente et que les ressources se tarissent.

Les contrats prévoient normalement des réexamens périodiques et des comptes annuels qui doivent être examinés avec compétence et diligence.

Lors de la rédaction des contrats et lors de leur renouvellement des services experts, juridiques notamment de l’Etat devraient pouvoir apporter leur aide aux fonctionnaires territoriaux.

Ce service est à créer ainsi que des cabinets d’audits publics.

Actuellement seuls les services de la préfecture peuvent  intervenir mais ils le font plus en gendarmes- contrôleurs et censeurs qu’en conseillers pointus.

Enfin beaucoup d’Elus et de fonctionnaires renâclent à être pénalement responsables devant les tribunaux ; comme par ex. à la moindre plainte d’une association de pécheurs dès qu’un épisode pluvieux un peu vigoureux sature la station d’épuration pendant quelques heures et pollue ponctuellement la rivière sur quelques dizaines de mètres ….

Il faut là aussi raison garder et la législation devrait être modifiée en ce sens afin de ne pas décourager les bonnes volontés publiques.

Autorisations administratives et fiscalité incitatives pour les énergies renouvelables

- Subordonner l’octroi de permis de construire et même les autorisations de travaux à l’étude et la réalisation d’une solution solaire thermique et électrique, en plus d’une isolation et d’une ventilation naturelle maxima. Notamment dans les Alpes Maritimes moins équipées que des départements alpins et alsaciens !

-         établir de nouveaux barèmes d’impôts locaux (taxe foncière, taxe d’habitation, taxe professionnelle, taxes de permis de construire) dégressifs en fonction de l’énergie choisie.

-         rétablir la vignette auto ? Cela ne dérangera que les pauvres et les taxes diverses sont déjà assez nombreuses et inégalitaires. Les millions de tonnes et de m3 d’urines et de déjections canines déversés quotidiennement sur nos trottoirs et sous nos pieds constituent une pollution

-         Interdire ou taxer encore plus les 4X4 ? C’est un symbole et pas une solution. Les fortes cylindrées  et le carburant sont déjà très taxés et ça ne gêne pas leurs propriétaires.

-          Il faut plutôt réduire le nombre de rues accessibles aux voitures, ouvrir de nombreuses pistes cyclables en sites vraiment protégés et le trafic des bus s’en trouvera facilité, rendre de plus nombreuses rues, quais et bords de mer piétonniers.

-         Etre cohérent : ex. de l’organisme Eco Emballages qui vit des taxes payées par les fabricants qui vendent leurs produits sous emballages et ne les suppriment pas ! Quel intérêt auraient les salariés et dirigeants de cet organisme à supprimer les emballages donc leurs salaires ?

En conclusion : mieux informer, plus régulièrement, valoriser les progrès et les solutions, en étant beaucoup plus pédagogique, en continuant à débattre comme cela a été fait et bien fait ce soir.

Un grand merci tout particulier à Sylvie pour cette synthèse...!

Copie_de_desirsdavenir   ps2_logo

Posté par segoleneausud à 12:45 - Commentaires [45] - Permalien [#]

Commentaires

    Bravo Sylvie

    ... mais Sylvie qui? on veut la connaître!
    XC'est une synthèse de haute volée. Merci, Sylvie!
    UNE PETITE RESTRICTION TOUTEFOIS: je suis étonnée de la réflexion (hors sujet?) sur les "toutous" à Nice, et cette pollution dûe ... exclusivement à des maîtres indélicats!
    Ajoutons que je ne suis pas sûre que ces pauvres choses vivantes, qui contribuent au moral de nos petits vieux, soient responsables de la couche d'ozone, du réchauffement du climat, ni de la pollution de la nappe phréatique...

    Jocelyne

    Posté par Jujube, 14 décembre 2006 à 21:07
  • Vignette auto

    Oui, à partir d'une certaine cylindrée... 8 cv? Après tout pourquoi pas, étant données les limitations en ville, sur route, et même sur autoroute!...
    NB: Il faut éviter de taxer l'indispensable qui sert à travailler. (pour nantis ou frimeurs, une quote part sera indolore)

    Posté par Jujube, 14 décembre 2006 à 21:43
  • Pistes cyclables

    C'est une évidence, qu'il faut d'urgence les développer (en réduisant les circulations de voiture dans la ville lorsqu'il y a bus, métro, tram qui la quadrillent ...).
    Là, il nous faut attendre.

    NB: NE PAS OUBLIER les parkings sur les entrées de la ville (sinon nous en resterons au voeu pieux)

    Posté par Jujube, 14 décembre 2006 à 21:47
  • pollution urbaine

    La pollution commence dès que l'on ne respecte pas l'environnement.

    On parle de pollution par le bruit.

    On parle de pollution canine, et ce n'est pas que les vieilles personnes qui sont inciviques.

    Ce jeudi dans la vieille ville, deux jeunes avec un mollosse, un pittbull, ont bien rigolé lorsque leur toutou a fait ses besoins devant la devanture d'un magasin.

    Désagrément pour les passants, pour le commerçant, coût pour la municipalité avec le personnel communal.

    Ca coûte combien de ramasser les crottes de son zentil toutou ?


    J'ai lu sur un autre blog, et c'est vrai, j'ai vu aussi ,que des habitants de Nice déposaient leurs sacs poubelles dans les rues le samedi soir ou le dimanche matin.

    J'ai vu des frigos, des fours jetés dans les tranchées du tramway.

    J'ai vu la pollution des détritus laissés sur les plages ou dans nos montagnes voisines.

    J'ai vu aussi ces derniers étés, sur l'autoroute, des messages signalant les pics d'ozone et de recommander de ralentir... j'ai constatél'incivisme de beaucoup d'automobilistes.

    Sûr, ce n'est pas le réchauffement de la planète, la biodiversité, ni haro sur les 4 quatres, c'est moins porteur, moins tendance, mais c'est aussi de la pollution...

    Pollution de la nature et des esprits.

    Le respect de soi et des autres contribuent à entretenir l'environnement.

    Bonne fin d'année à tous, et merci à Ségolène et à toute son équipe de nous faire participer à ces débats!

    Posté par le niçoiscivique, 14 décembre 2006 à 22:07
  • Merci pour ce compte rendu, mes observations :

    - Faut-il interdire les OGM : au niveau Européen, la France ne vient-elle pas d'être rappelé à l'ordre pour l'anarchie de cultures non contrôlées avec menace d'une amende ... ?

    - Le mode de distribution délégué : Roccard ministre de l'intérieur indiquait que le contrôle de légalité était d'être un "conseil", rôle adopté avec plaisirs à l'époque. Quand à la gestion de l'eau, c'est une particularité SEM qui relèvent de textes cadrés qui ont évolués depuis la mise en place. Quand à la responsabilité, c'est une question de politique, et oui soyons cohérents.

    Dans tous les domaines, mieux informer, plus régulièrement, mais suremenmt avoir un bon cabinet à l'environnement pour diagnostics clairs et traitements à l'essai ... des gens intègres.

    Cordialement

    Posté par CatEyes, 14 décembre 2006 à 22:08
  • Pollueur payeur

    Pourquoi pas... mais il faut déterminer les axes pertinents!!!
    - Voitures non pulluantes : quand elle sortira, qui va pouvoir se la payer?

    - Panneaux solaires ou piles voltaïques: ici aussi, qui...

    - Immeubles anciens à Nice: le tri sélectif ne peut pas se faire dedans (local dans lequel entrent 1 à 2 poubelles) ==> il faut installer (compléter)par des dispositifs dehors (containers plastique + papier + verre auprès d'immeubles dont l'impossibilité a été identifiée) .

    Posté par Jujube, 14 décembre 2006 à 22:12
  • nos amis les chiens...

    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/changement-climatique/effet-serre.shtml

    Il n'en va de même pour nos sympathiques amies les vaches....pour nourrir les quelques 8.5 à 9 milliards d'individus estimés autour des années 2030/2035..(source le défi du monde Claude Allègre/D Jeambar) le nombre de bovins augmentera en proportion....Or les bovins produisent des quantités prodigieuses de méthane responsables, aussi, du trou dans la couche d'ozone...Moi, personnellement je n'ai aucune solution à proposer. Je laisse les scientifiques, les ingénieurs, les agronomes et autres spécialistes traiter pour le mieux ce type de questions particulièrement complexes. çà ne m'empêche pas de m'informer, de discuter, de me documenter...et même de partager ces informations avec vous.
    Autre information, l'air que nous respirons dans nos villes (excepté les poussières, d'où l'importance d'équiper les voitures de pots catalytiques et fltres à poussières) est moins pollué aujourd'hui (pour l'homme en tous les cas...il en va autrement pour les insectes, du fait des pesticides utilisés dans les jardins publics...jardins que nous adorons...) qu'il y a 50 ans....Pourquoi?...Rappelez-vous les cheminées sur les toits...aujourd'hui nous avons quasiment abandonné le chauffage au charbon et donc diminué l'émission de gaz toxique. Etonnant non?...

    Posté par nathalie, 14 décembre 2006 à 22:32
  • voiture le moins polluant possible....

    Je roule au GPL. La voiture coûte, à l'achat, plus qu'un véhicule classique. Toutefois, il existe une réduction fiscale (qu'il faudra maintenir voire peut-être augmenter) plus qu'incitative et vous économisez, ensuite, sur l'achat du carburant....Le GPL étant bien moins cher à la pompe que le super 95...avec des différences de prix incroyables et innexpliquées...ex le litre de GPL chez Géant Casino coûte 0.58cts/l.....alors qu'il coûte parfois jusqu'à 0.78cts dans d'autres stations...

    Posté par nathalie, 14 décembre 2006 à 22:40
  • Chapeau Nathalie

    Sincèrement! Alors qques questions pratiques
    - combien de points de ravitaillement GPL dans notre PACA
    - peut-on voyager (1000 km, par ex. de Nice à Biarritz ou à Paris ) en GPL? (et en revenir: points en France... Merci de nous donner des "liens" pour info)
    NB: carte de France de la distribution à nous communiquer?

    Un petit truc quand même: moins de chauffage au charbon depuis 1950 (gaz carbonique) , MAIS que de d'oxyde de carbone (pots d'échappement), d'amiante (freins) et de plomb (freins et combustible je crois).

    Bref, il y a urgence aujourd'hui.

    Posté par Jujube, 15 décembre 2006 à 00:20
  • Tous les jours, médias, associations, politiques, nous conseillent pour améliorer nos gestes au quotidien afin de minimiser nos pollutions et gaspillages énergétiques....
    C'est très bien, mais les gens en ont assez de ce discours : plein de petits gestes font les grandes rivières... les gens sont prêts aux efforts, mais à la seule condition qu'ils soient justes et équitablement répartis et partagés.... A quoi bon trier mes déchets, si mes voisins ne le font pas et polluent ma poubelle... Pourquoi consommer moins de pétrole avec ma p'tite voiture alors que les gros 4x4 ne sont pas plus taxés, et les grosses entreprises en consomment 10 fois plus...
    Les gens attendent du courage politique et des mesures fermes et courageuses... Il faut impulser d'en par le haut maintenant, avec des mesures fortes symboliques et des mesures générales pour tous.

    Posté par pampa, 15 décembre 2006 à 11:03
  • Oui Pampa,

    Impulser par le haut, et soutenir aussi -de + en + nombreux - à notre niveau, par nos actes les + quotidiens . Mais l'un sans l'autre est voué à l'échec.
    De même à quoi servira notre effort si la Chine continue à faire fi de toute écologie, tant humaine, qu'environnementale... Mais en rester à cet "alibi" serait fatal.
    Alors aux labels "commerce équitable", "produit tenant compte de l'écologie" , nous ne pouvons que dire OUI, pour créer une "pression" douce et ferme, mais possible seulement si les moins pourvus financièrement ont un choix possible.
    Et puis, soyons les premiers à FAIRE LA PREUVE que c'est possible!

    Posté par Jujube, 15 décembre 2006 à 13:30
  • A quoi bon ? !

    Si tout le monde se dit à quoi bon être citoyen responsable si l'autre ne l'est pas je comprends pourquoi il y a tant d'invilités...

    Je comprends pourquoi des jeunes brulent des voitures ou sèment le désordre dans les bus, par exemple, si les adultes ne montrent pas l'exemple !

    Si l'exemple doit venir d'en haut, et pour l'instant l'exemple ne vient pas d eChirac ou d de Villepin, j'estime que tout citoyen peut contribuer à rendre la société plus humaine, plus conviviale.

    Je dois être un vieux utopiste... mais je me fais un devoir de ne jeter aucun papier dans la rue, je respecte les feux rouges, je respecte les limitations de vitesse...

    Mais je vois que les contributions de jujube vont dans le même sens que les miennes...et je ne pense pas qu'il soit un vieillard comme moi ...

    Chacun a sa pierre à poser pour édifier un nouvel environnement.

    Posté par le niçoiscivique, 15 décembre 2006 à 16:59
  • Vous seriez étonnés...

    Mais, il existe, finalement, de nombreuses stations qui délivrent du GPL. Il faut simplement les repérer. Il y a, par ailleurs, un double réservoir (GPL/carburant classique), ce qui assure une sécurité en cas d'absence de pompes GPL dans l'environnement immédiat.
    Petit bémol....les pompes de GPL ne sont pas trés ergonomiques....par ailleurs, d'une station à l'autre, leur fonctionnement diffère, mais une fois qu'on a compris comment "çà marche"... c'est impec.
    Autre avantage...comme peu de personne circule au GPL...pas d'attente à la pompe!...

    Il faudrait maintenant faire la même chose pour les véhicules électriques afin qu'on puisse trouver (comme à La Rochelle) des bornes de chargement dans tous les coins de la ville...Celà est un autre débat, pour y avoir réfléchi un peu, c'est beaucoup plus compliqué qu'il y parait....

    Posté par nathalie, 15 décembre 2006 à 17:07
  • Pour ce qui es de la pollution atmosphérique...

    Preuve à l'appui (excepté, bien sûr, dans les villes où existe une grande activité industrielle et concernant les émissions de poussières) l'air qur nous respirons est de meilleure qualité qu'il y a 50 ans dans la grande majorité de nos villes (et tout particulièrement dans le nord de la France).

    Par ailleurs, concernant le problème des allergies...Celles-ci seraient essentiellement dues aux jardins dans lesquels nous retrouvons une multitude d'essences différentes...Etonnant de penser que ce sont peut-être nos espaces verts qui parfois nous font du mal. Ce qui ne veut pas dire qu'il faudrait supprimer nos espaces verts....Juste que nos réflexions doivent être globales, qu'elles doivent tenir compte de toute une série de paramètres, qu'elle est du ressort de nos urbanistes, agronomes, ingénieurs, archtectes, industriels....etc...Qu'à notre petite échelle nous pouvons:
    1/Faire ce qu'on nous préconise de faire (et ce serait déjà pas mal du tout....faire un tri sélectif de nos poubelles, rouler plus propre, économiser l'eau, économiser le chauffage, l'usage de l'électricité, ne pas jeter ses ordures n'importe tout)..bref avoir une attitude citoyenne (ce qui, en plus, la plupart du temps nous permet de faire des économies!)
    2/ Faire oeuvre de pédagogie auprès de nos enfants
    3/ Les intéresser à l'environnement et pourquoi pas les conseiller dans leur orientation afin qu'ils deviennent urbanistes, agronomes etc etc...
    4/ Aider les associations qui travaillent dans les domaines de la protection de l'environnement
    5/ continuer à être en alerte, se documenter, se renseigner, agir en proximité.....

    Il ne s'agit pas là de propositions pour notre candidate (j'espère qu'elle est entourée de spécialistes qui vont bien au delà de nos réflexions à courte vue) juste de ce qu'il est possible de faire à notre petite échelle. Hormis cette réserve...continuons à nous rencontrer parce qu'ainsi les choses avanceront à notre niveau. Nous sommes le relais des décisions politiques, c'est tout aussi important que d'en être la source.

    Posté par nathalie, 16 décembre 2006 à 09:58
  • désolée pour l'orthographe

    pas eu le temps de relire..

    Posté par nathalie, 16 décembre 2006 à 10:01
  • véhicule électrique

    Je bondit à chaque fois que j'entend parler de véhicule électrique...
    d'ou vient l'électricité ? parfois de centrales thermiques qui brulent du pétrole et produisent de l'électricite avec un rendement de ...disons 60% pour ètre généreux.
    un véhicule électrique utilise cette électricité et a lui mème un rendement d'environ 60% (je ne suis pas physicien, aussi je laisse à d'autre le soin de vérifier...)
    donc à l'arrivée rendement 60%x60% environ 36%... Seul avantage, on a pollué AILLEURS que dans sa ville.
    Le vélo, oui, mais bon courage pour ceux qui sont sur les collines...
    Alors ??

    Posté par banjophil, 16 décembre 2006 à 13:49
  • A portée de main.

    Les 3 axes et la pospective de l"après pétrôle".
    Le Réchauffement de la planète: Ce que les constructeurs auto savent faire, consommation mini et pôts catalytiques, l'élargir à la grande industrie utilisatrice d'énergie fossile tout en investissant sur l'éolien et le solaire et le moteur à eau de mer (inventeur à Rouen y a 30ans)
    L'Eau : Optimisation de la production de la distribution (SEM) et attitude citoyenne des collectivités locales et des particuliers(se montrer économe)rénovation massive des stations d'épuration des eaux usées.
    La bio-diversité : limitation de l'utilisation des insecticides chimiques, développement des OGM expérimentaux in situ, avec principe de précaution (limitation desesticides).Orientation
    de la pêche* afin de protéger les espèces en danger, revenir à l'assolement triennal et à la réhabilitation de l'utilisation du compost..
    * politique synergétique européenne et mondiale.
    Daniel

    Posté par danquigny, 16 décembre 2006 à 15:27
  • Oui...bien d'accord

    On peut dire aussi que l'électricité est produite par des centrales nucléaires et s'interroger sur l'opportunité du nucléaire.....Autre sujet, autre débat.
    L'utilisation de véhicule électriques limite considérablement l'émission de poussières nocives. Autres avantages ....le véhicule électrique est totalement silencieux....(autre type de pollution: le bruit!). Quand on fait le bilan environnemental (ce n'est pas moi qui le dit), celui ci penche pour une utilisation accrue des véhicules électriques ou hybrides.
    On peut aussi se dire que finalement tous ces progrés techniques sont nuisibles et qu'il serait bon de revenir à l'âge des cavernes....
    Quant à prendre son vélo...certes...le plus souvent possible...mais il me semble aussi que nous avons (nous autres les humains) pris l'habitude de nous déplacer plus loin, plus vite et le vélo, dés lors qu'il se meut grâce à nos aptitudes physiques rencontre trés rapidement ses limites!...
    Les activités humaines ont, toutes, forcément un impact sur l'environnement direct ou différé...le tout est de savoir ce qui globalement est ou non supportable pour
    1/ permettre à nos ressources naturelles de se renouveler
    2/ faire en sorte que l'ensemble de la population mondiale puisse atteindre un niveau satisfaisant de vie

    Posté par nathalie, 16 décembre 2006 à 16:05
  • "...revenir à l'age des cavernes..." pourquoi pas!!.. sauf que pour loger toute la population mondiale actuelle dans des cavernes, il va falloir drôlement creuser dans les montagnes, non?.
    Pour en revenir à un autre de tes commentaires, Nathalie je cite "Or les bovins produisent des quantités prodigieuses de méthane responsables, aussi, du trou dans la couche d'ozone.."
    je n'ose imaginer ce que ce devait ètre à l'époque des immenses troupeaux de bisons et autres ruminants non équipés de pots catalytiques.

    Posté par banjophil, 17 décembre 2006 à 14:51
  • Sourire....

    Posté par nathalie, 17 décembre 2006 à 22:21
  • taxation juste

    Je souhaite revenir sur la "vignette auto" : c'était la fiscalité la plus juste qui soit, car elle était indéxée à la cylindrée( grosses xcylindrées possédées généralement par ceux qu"peuvent payer".On peut très bien la supprimer pour les petites cylindrées (jusqu'à Cv fiscaux) et l'augmenter pour les autres ; une part , puisque collectée directement par les servcies de la "carte grise" dépatrtementaux pourrait être reversée à une ou plusieurs sociétés d'économie mixte exerçant son activité dans les énergies renouvelables ou bio-technologique

    Posté par philippe, 18 décembre 2006 à 13:27
  • Bravo !

    Et merci, c'est un excellent et pertinent travail !

    Posté par FXB, 20 décembre 2006 à 15:56
  • Pollution et méthane, diverses sources d'information

    il a été dit
    >>

    Oui mais l'industrie est responsable du trou d'ozone. L'augmentation des émissions de méthane date du début de l'ère industrielle. La dégradation de la couche d'ozone implique une moindre filtration des rayons ultraviolets les plus nocifs et une élévation des risques pour la vie terrestre, par exemple défaut du système immunitaire.

    La santé de l'homme est fragilisé devant la pollution atmosphérique, et on peut dire que l'air est plus pollué aujourd'hui qu'hier.

    Lire d'autres sources scientifique - exemple http://www.notre-planete.info bien plus détaillé et complet.

    Quelques extraits contraire à ceux de la documentation françaises

    Le méthane (CH4) est majoritairement (depuis 1990) émis par l'élevage intensif des bovins, les déjections animales, les cultures (comme le riz), la fermentation des déchets organiques, les feux de forêts, l'utilisation du bois pour le chauffage et la cuisson, l'inondation de vallées lors de la mise en eau des barrages (avec la décomposition de la biomasse noyée) et lors du transport et de l'exploitation du gaz et du pétrole (fuites de grisou dans les mines de charbon, de gaz avec les gazoducs, torchères...).

    Le méthane est un gaz à effet de serre majeur dont le pouvoir de réchauffement global est 23 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Alors que sa proportion dans l'atmosphère a augmenté de plus de 150% depuis le début de l'ère industrielle, le méthane serait également émis directement par les végétaux, via les feuilles et les herbes sèches, ceci sans présence de bactéries.

    La majorité de la communauté scientifique est unanime : l'aggravation de l'effet de serre est principalement à l'origine du changement climatique en cours qui représente "une perturbation anthropique dangereuse du système climatique". En effet, "de toute évidence, le climat de la Terre a évolué à l'échelle régionale et mondiale depuis l'époque préindustrielle" (GIEC, 2001).Ceci entraîne des répercussions multiples sur les sociétés humaines et l'écosystème de la Terre comme la multiplication des anomalies climatiques.

    Tous les scénarios potentiels d'émissions prévoient une augmentation des concentrations de CO2, une élévation de la température moyenne mondiale et du niveau de la mer au cours du XXIième siècle.

    Posté par c, 20 décembre 2006 à 17:46
  • Pardons mauvaise manip. C ... bien moi.

    Il a été dit :

    Or les bovins produisent des quantités prodigieuses de méthane responsables, aussi, du trou dans la couche d'ozone...

    Autre information, l'air que nous respirons dans nos villes (excepté les poussières, d'où l'importance d'équiper les voitures de pots catalytiques et fltres à poussières) est moins pollué aujourd'hui (pour l'homme en tous les cas...

    Posté par nathalie, 14 décembre 2006 à 22:32

    Posté par CatEyes, 20 décembre 2006 à 17:48
  • Origines de la pollution atmosphérique

    Les principales substances polluant l'atmosphère peuvent se répartir schématiquement en deux groupes : les gaz et les particules solides (poussières, fumées). On estime que les gaz représentent 90 % des masses globales de polluants rejetées dans l'air et les particules les 10% restants. (Encyclopædia Universalis, 199

    La pollution de l'air est la résultante de multiples facteurs : croissance de la consommation d'énergie, développement des industries extractives, métallurgiques et chimiques, de la circulation routière et aérienne, de l'incinération des ordures ménagères, des déchets industriels, etc. Ainsi, la production et l'utilisation d'énergie en sont les principaux moteurs.
    La pollution atmosphérique sévit surtout en milieu urbanisé et dans les zones d'activités, non seulement par suite de la concentration des industries et des foyers domestiques, mais aussi à cause de la circulation des véhicules à moteur. L'étalement des grandes agglomérations a pour corollaire des besoins en transports toujours plus nombreux.
    Mentionnons également les feux de végétation tropicale issus de la culture sur brûlis, qui dégagent de la suie, du dioxyde de carbone, du monoxyde de carbone, des hydrocarbures, du monoxyde d'azote et du dioxyde d'azote. Cette pollution reste encore une des plus importantes. Elle est même bien visible sur l'imagerie satellitaire. Cependant, elle concerne peu directement les pays riches.

    La pollution émane donc de sources variées qui rejettent des polluants dits primaires. Puis, au contact les uns des autres, par synergie et réactions chimiques avec d'autres composants de l'atmosphère, ces "précurseurs" engendrent des polluants dits secondaires, même à forte dilution, qui sont très toxiques.
    "Ainsi, l'anhydride sulfureux (SO2) va s'oxyder dans l'air en SO3, lequel, à son tour, donnera, avec la vapeur d'eau, de l'acide sulfurique. Il contribuera ainsi, de façon déterminante, avec l'acide nitrique formé à partir des oxydes d'azote, à l'apparition du phénomène des pluies acides, véritable fléau qui sévit dans les pays industrialisés." (Encyclopædia Universalis, 199.

    Posté par CatEyes, 20 décembre 2006 à 18:00
  • Le pollutions planétaires

    les divers type de pollution

    - destruction de l'ozone atmosphérique
    Depuis la fin des années soixante-dix, elle est attaquée par les CFC et les halons, ceci dans la plupart des régions de la planète (sauf les tropicales). Les fluorures sont notamment rejetés dans l'air par diverses industries, surtout celle de l'électrochimie de l'alumine.

    - l'effet de serre
    Ce phénomène naturel de piégeage par l'atmosphère de la fraction du rayonnement solaire ré-émis par la Terre est amplifié par les rejets excessifs de gaz carbonique, de méthane (CH4), de protoxyde d'azote (N2O)... A la fin du XIXème siècle, l'atmosphère contenait environ 235 Gt de carbone. A partir de 1970, la combustion d'énergies fossiles a émis 4,5 Gt de carbone par an, 6 Gt en 1990 et 8 Gt actuellement. En conséquence, on observe une croissance continue de la teneur de l'air en CO2, au rythme actuel de 1,5 ppm par an.

    - les aérosols et les particules atmosphériques
    Entre janvier et mars 1999 une équipe de 150 scientifiques de différentes nationalités conduite par le prix Nobel de Chimie P.CRUTZEN et par V.RAMANATHAN de l'Institut océanographique Scripps de San Diego a mis en évidence la présence d'un nuage de pollution qui s'étend sur prés de 10 millions de km2 au-dessus de l'océan Indien ! Il s'agit en fait d'un nuage de pollution de 3 kilomètres d'épaisseur comprenant particules en suspension, suies, aérosols et composés chimiques qui ne persistent qu'à cause des activités humaines (feux de forêts, combustion des déchets agricoles, des carburants fossiles des véhicules, des industries et des centrales électriques, rejets des millions de fourneaux brûlant du bois notamment).

    - La pollution acide
    Ce sont les dépôts acides dus aux émissions anthropiques de dioxyde soufre (SO2) et d'oxydes d'azote (NOx) notamment. Ainsi, le dioxyde de soufre peut se transformer en trioxyde de soufre (SO3) et acide sulfurique (H2SO4) en association avec les particules.
    "Les pluies acides sont dues d'une part à l'inclusion de gaz et d'aérosols lors de la formation de la gouttelette de brouillard à l'intérieur du nuage (rain-out), et d'autre part à la captation d'aérosols et de gaz lorsque les gouttes de pluie tombent (wash-out), il s'en suit une diminution du PH des précipitations" (K. PAJOT, 1994). La combustion dans les centrales électriques thermiques, l'industrie (avec les émanations de l'industrie chimique) et les transports sont les principaux responsables de ce type de pollution.

    - La pollution photochimique
    Elle est générée dans la troposphère sous l'effet du rayonnement solaire qui implique des réactions chimiques avec divers polluants primaires comme les oxydes d'azote (NOx), le monoxyde de carbone (CO) et les Composés Organiques Volatils non-Méthaniques (COVNM). Cette pollution se forme sous certaines conditions climatiques et météorologiques (température supérieure à 25°C et effet du déplacement des masses d'air). Le résultat, c'est la formation de composées photo-oxydants dits "secondaires" dont les indicateurs principaux sont le NO2 et l'O3, et dans une moindre mesure de PAN (PéroxyAcétylNitrate). L'ozone irrite notamment les yeux et les voies respiratoires en attaquant les poumons et les bronches.

    - Le dioxyde de soufre ou l'anhydride sulfureux (SO2)
    Les principales sources de ce gaz sont les centrales thermiques, les centres de production de chauffage, et les grosses installations de combustion de l'industrie.

    - Les particules en suspension (les cheminées)
    Des méthodes de calcul différentes instaurées à partir de 1993 induisent des indices de fumées noires plus faibles de 25% environ par rapport aux années précédentes.

    et un tas d'autres .... allez lire les fiches
    http://www.notre-planete.info/environnement/

    Posté par CatEyes, 20 décembre 2006 à 18:18
  • Les vaches et les cheminées

    Donc Nathalie, de rapporter les problèmes de la couche d'ozone aux sympathiques amies les vaches et dire que l'air que nous respirons dans nos villes est moins pollué aujourd'hui qu'il y a 50 ans.... c'est une plaisanterie.

    Seule diminution en pollution, les fumées noires (tes cheminées sur les toits)... mais ne pas confondre cela n'a pas fait diminuer l'émission de gaz toxique !

    Posté par CatEyes, 20 décembre 2006 à 18:25
  • Conclusion

    De nombreuses sources d'émissions
    Au final, les polluants émis sont très nombreux, il n'est pas possible de quantifier les émissions de tous les polluants, c'est pourquoi des "polluants-tests" ou "indicateurs" sont choisis pour caractériser la source. La pollution d'origine soufrée et particulaire due aux foyers fixes de combustion (chauffages collectifs et individuels, foyers de l'industrie) a notablement diminué ; cette décroissance résulte de plusieurs facteurs conjugués tels que la mise en place de réglementations particulières (ZPS), l'apparition de normes de plus en plus sévères, la modification de l'activité économique locale, l'utilisation croissante du gaz naturel et le développement du programme nucléaire de production d'électricité.
    Ce qui explique donc une tendance à la diminution de la pollution de l'air urbain au moins pour les indicateurs classiques des émissions industrielles.

    Posté par CatEyes, 20 décembre 2006 à 18:30
  • J'espère ne pas vous avoir trop saoulé avec ces commentaires et extraits aux fins de vous inciter à lire plus et mieux les problèmes relatifs à la pollution.

    Je suis tant désolée de voir que les positions proviennent parfois d'une méconnaissance ou d'une information complète sur les réels problèmes de l'environnement.

    Ces informations et visualisation de l'avenir sont connues depuis nombre d'années par les scientifiques ... 1er premier sommet de la terre en 1992 à rio de janeiro et déclaration sur l'environnement et le développement si peu prise en compte par les politiques.

    Bien cordialement à tous.

    Posté par CatEyes, 20 décembre 2006 à 18:39
  • bravo niçois!

    Excusez-moi pour ce titre vulgaire mais je le pense sincérement!
    j'ai lu la synthése éxecutée, j'ai lu la pertinence des commentaires et je n'ai rien d'autre à ajouter! Si ce n'est que ce débat doit être porté au niveau national pour nous pousser à l'excellence environnementale.
    C'est un très beau désir d'avenir pour la France.

    Posté par asse42, 20 décembre 2006 à 23:56
  • Euh...

    Il faudrait, peut-être chère CatEyes, relire mon commentaire....Je n'ai jamais prétendu que nos amies les vaches étaient les seules responsables du trou dans la couche d'ozone!!!!! (c'était juste une plaisanterie pour répondre au problème des déjections canines!)....Il n'empêche....l'augmentation de la population mondiale et proportionnellement celle des troupeaux de bovins influera forcément sur la production de méthane....Simple logiqe mathématique...
    Quant à la qualité de l'air que nous respirons, j'ai pris la peine de rappeler que le problème majeur était, aujourd'hui, l'émission de poussières mais que globalement la qualité de l'air dans les villes (et essentiellement dans le nord de la France) est meilleure aujourd'hui qu'il y a 50 ans....Ce n'est pas pour autant que tout va bien et qu'il n'y a rien à faire.
    Quant aux contradictions entre les rapports de la documentation française (qui est tout de même, me semble-t-il, une source d'information autorisée) et http://www.notre-planete.info/, je ne les ai pas vraiment saisies...Je pense qu'ils vont dans le même sens....Maintenant, si le but est de systématiquement nous contredire.....nous n'avons pas fini....pour la petite histoire ...même nos scientifiques ne sont pas forcément toujours d'accord sur tout.....Merci pour les compléments d'info et les liens que vous nous avez proposés....
    Autre sujet concernant l'environnement et pour lequel j'ai, un temps, milité....L'utilisation des WC. Nous avons, en France pris l'habitude d'utiliser les WC comme nous utiliserions une poubelle. Nous y jetons n'importe quoi. Or l'entretien des canalisations et des installations de traitement des eaux usées patissent de cette mauvaise utilisation des toilettes. Celà impacte de manière trés importante les finances publiques locales. Il y a quelques années une campagne avait été menée dans ce sens par, sur le thème "les toilettes ne sont pas des poubelles"....Voilà encore un petit geste du quotidien qui, ramené à l'ensemble des citoyens, permettrait de faire quelques économies.

    Posté par nathalie, 21 décembre 2006 à 01:40
  • Environnement et polémique

    J'espère Nath que tu écris "Maintenant, si le but est de systématiquement nous contredire.........nous n'avons pas fini....pour la petite histoire ...même nos scientifiques ne sont pas forcément toujours d'accord sur tout.....Merci pour les compléments d'info et les liens que vous nous avez proposés...."

    J'espère que tu ne pense pas que je cherche à contredire systématiquement... simplement mes opinions ne vont peut-être pas toujours dans le même sens que les tiennes ou de ce que tu écris.
    Est-ce un problème ?

    La contradiction car dire que l'air est meilleur me fait tiquer, car inexact en profondeur, voir mon post conclusion. En math appliqué, attention 1 plus 1 ne fait pas toujours 2.

    Une source d'information autorisé ce n'est pas une référence de la justesse des propos, se souvenir des infos sur tchernobyl, le sang contaminé etc ...

    Je reste sur le Q pour les WC utilisés comme des poubelles ... de mon enfance (j'ai 52 ans) toujours entendu dire qu'il fallait ne rien y jeter ... qui fait cela en france encore à notre époque ?

    Bien cordialement sans aucune aggessivité.

    Posté par CatEyes, 21 décembre 2006 à 18:14
  • Chère Cateyes....

    D'autant que nous sommes d'accord dans 90% des cas...!....Pour ce qui est des WC...il suffit de se renseigner auprès des services en charge du traitement des eaux usées pour comprendre l'étendue du problème (j'ai eu l'occasion de m'occuper de ce secteur....je sais...c pas franchement sexy! sourire).

    Posté par nathalie, 21 décembre 2006 à 22:09
  • Chère Cateyes....

    D'autant que nous sommes d'accord dans 90% des cas...!....Pour ce qui est des WC...il suffit de se renseigner auprès des services en charge du traitement des eaux usées pour comprendre l'étendue du problème (j'ai eu l'occasion de m'occuper de ce secteur....je sais...c pas franchement sexy! sourire).

    Posté par nathalie, 21 décembre 2006 à 22:10
  • Interview de Segolene

    A lire sur le blog www.thedino.org
    Une vision originale et audacieuse de Mme Royal sur la future politique environnementale

    Posté par Dino, 21 décembre 2006 à 23:00
  • Environnement et coopération décentralisée

    Il n'est pas nécessaire d'être riche pour s'occuper de l'environnement. Les ONG indiennes qui travaillent avec les Dalits sinistrés du Tsunami en Tamil Nadu reconstruisent l'agriculture des zones côtières en formant les paysans et les femmes membres de Self Help Groups (micro-finance) à une agriculture bio ou du moins respectant des principes stricts d'économie d'énergie, d'eau et d'intrants chimiques. Pourquoi ne pas orienter la coopération décentralisée vers le soutien à ces actions et leur généralisation ? et pas toujours vers les anciennes colonies françaises où l'aide est souvent soupçonnée d'arrières-pensées.

    Posté par Hugues de Varine, 22 décembre 2006 à 19:13
  • Les gestes qui sauvent ... l'environnement

    Comme quoi, pour ne plus confondre wc et autres avec les poubelles, relève bien des gestes utiles à apprendre dès l'école, redonner vie aux leçons de morale et les adapter aux respect de l'environnement ...

    La diffusion de l'information/éducation pour la protection de l'environnement devrait être également relever des sections d'hygiène et de sécurité, et pourrait s'assimiler aux campagnes vaccinations, lutte contre l'alcoolisme, geste de soutien don du sang ...

    Chère Nath peut-être aurons-nous l'occasion de discuter un de ces jours de nos 90 % d'opinion commune (clin d'oeil) ... Bien cordialement

    Joyeux Noel à tous

    Posté par CatEyes, 23 décembre 2006 à 21:09
  • Les gestes qui sauvent ... l'environnement

    Comme quoi, pour ne plus confondre wc et autres avec les poubelles, relève bien des gestes utiles à apprendre dès l'école, redonner vie aux leçons de morale et les adapter aux respect de l'environnement ...

    La diffusion de l'information/éducation pour la protection de l'environnement devrait être également relever des sections d'hygiène et de sécurité, et pourrait s'assimiler aux campagnes vaccinations, lutte contre l'alcoolisme, geste de soutien don du sang ...

    Chère Nath peut-être aurons-nous l'occasion de discuter un de ces jours de nos 90 % d'opinion commune (clin d'oeil) ... Bien cordialement

    Joyeux Noel à tous

    Posté par CatEyes, 23 décembre 2006 à 21:09
  • mais je l'espère bien...

    Chère Cateyes....En attendant, joyeux Noël à vous aussi et à tous ceux qui passeront par ici.

    Posté par nathalie, 23 décembre 2006 à 22:59
  • Déplacements

    je ne comprend pas pourquoi, à l'époque d'internet et autres moyens de communications (visiophonie ...etc), on se déplace de plus en plus.
    Est il logique de faire déplacer des centaines d'étudiants (je vous laisse le soin de calculer la dépense énergetique) pour écouter un cours dans un amphi. Cela pourrait se faire aussi bien sur un chaine de TV dédiée ou sur le net. De mème quelqu'un travaillant sur un ordinateur dans un bureau situé à une demi heure de trajet de sa maison pourrait aussi bien le faire à domicile, ou dans un "centre de travail" situé près de chez lui.
    Avant de calculer le moyen de transport le moins poluant, peut ètre serait il plus important de chercher à réduire les déplacements.

    Posté par banjophil, 24 décembre 2006 à 18:28
  • Transports

    Tout à fait d'accord avec banjophil. Je me permets de mettre en ligne un extrait du rapport sur "La demande de transport en 2025" pour le ministère de l'équipement.

    Extraits :

    "Le transport interurbain de voyageurs, tous modes confondus, connaîtrait dans les vingt prochaines années une croissance annuelle moyenne de 1,8 %, contre 3,1 % sur la période 1980-2002.

    La mobilité locale, caractérisée au cours des dernières années par une forte progression des déplacements en voiture et un allongement des distances, devrait perdurer dans ces tendances mais avec des effets atténués compte tenu du ralentissement démographique et des difficultés de circulation dans les grandes agglomérations. Dans ce domaine, l'importance des politiques de maîtrise de l'urbanisation dispersée et de développement des transports collectifs apparaît clairement.

    Le transport de marchandises, tous modes confondus, connaîtrait une croissance annuelle de 1,5 % contre 1,8 % sur la période 1980-2002.

    Cette croissance devrait néanmoins entraîner un volume important de trafic supplémentaire (de l'ordre de 50 % sur les grands axes nationaux)."


    Imaginons les Alpes-Maritimes avec 50 % de trafic en plus ! Et bien, en fait ce sera beaucoup plus ! ! ! En effet, nous restons une zone attractive et nous aurons de ce fait une population plus importante qu'ajourd'hui... alors que cette étude table sur une croissance démographique faible.

    Alors, dans le même axe que banjophil, je pense que la prochaine bonne politique n'est pas seulement de "suivre le mouvement par plus de routes" mais aussi de limiter les déplacements.

    A+ et joyeuses fêtes
    FX

    Posté par FX, 25 décembre 2006 à 11:10
  • Eco-emballages

    je suis curieux de savoir qui a parlé d'Eco-emballages et a soulevé le problème de la cohérence de la démarche de cet organisme lors du débat participatif sur l’excellence environnementale.
    Peut-être est-ce un militant du coin?
    Qu'il se manifeste pour qu'on en discute!
    A +

    Posté par cannois, 27 décembre 2006 à 15:03
  • Je pense sincèrement que Ségolène Royal a l'envergure d'une présidente mais je ne sais pas si elle tiendrait le coup dans un débat contre Nicolas Sarkozy.

    Posté par seb, 30 décembre 2006 à 22:47
  • Et le programme chiffré ?

    Serait-il possible de publier un programme chiffré en précisant son financement ?
    Actuellement, les contribuables sont déjà beaucoup trop sollicités pour des dépenses publiques trop souvent inutiles : http://www.01assistant.com/01_impots_quest.htm
    http://www.01assistant.com/01_impots.htm

    Posté par contribuable, 06 janvier 2007 à 23:58
  • les contribuables

    Ben oui....tellement sollicités que les plus malheureux d'entre eux sont obligés de se réfugier en Suisse...
    La France est l'un des pays les plus riches au monde (et quand je dis France je ne pense pas Etat et collectivités territoriales). La différence de revenus entre les plus riches d'entre nous et les plus pauvres n'a jamais été aussi élevée....la redistribution, puisque c'est bien de cela dont nous parlons, ne passe, à ma connaissance, que par les prélèvements obligatoires et donc l'impôt (et les cotisatons sociales assises sur la "valeur travail"). Proportionnellement et trés paradoxalement ceux qui sont le plus assujettis à la pression fiscale et sociale sont les salariés (y compris les plus bas revenus via la TVA, la taxe sur les carburants, les cotisations sociales et autres prélèvements divers et variés)....
    Allégement fiscal/pression fiscale dites-vous? La mise en place du fameux bouclier fiscal va permettre, cette année, un remboursement de plusieurs milliers d'euros pour certain cas de ces malheureux contribuables de la tranche de revenus la plus élevée...Alors moi je veux bien qu'on dise que la pression fiscale est insupportable mais je ne comprends pas qu'on rembourse un trop perçu d'impôts d'un coté pour les revenus les plus élevés et qu'on réduise de manière drastique les moyens de l'éducation nationale. Sauf, bien entendu, lorsqu'on priviliégie un modèle économique ultra libéral.
    Pour ce qui est de "chiffrer" les dépenses publiques....je suis bien d'accord pour que cet exercice soit effectué (et il est, bien entendu effectué en réalisé et en prévisionnel d'autant plus finement aujourdhui grâce à la LOLF mise en place en août 2001 par le gouvernement JOSPIN , et en programmatique par les équipes des candidats aux élections présidentielles)....

    Il doit être effectué sur plusieurs années. "L'investissement social d'aujourd'hui est l'investissement économique de demain".DSK L'économie de la connaissance, par exemple, passera par l'excellence éducative. La plus value sociale dégagée par une politique volontaire pour la petite enfance et plus généralement pour l'éducation (telles que préconisé par le projet socialiste et le programme de Ségolène ROYAL) permettront demain une France compétitive dans une Europe compétitive (le PSE propose aussi un vaste programme d'une politique volontaire pour la petite enfance...à aller consulter sur le site www.pes.org). Compétitive s'entendant d'une seule manière....économiquement dans un cadre de développement durable (y joignant de ce fait le social et l'environnement) cf les critères de Lisbonne (mis en place à l'initiative de J DELORS).

    Posté par nathalie, 07 janvier 2007 à 13:17

Poster un commentaire