LA VOIE "ROYAL"

Désirs d'avenir 06 - Nice et Alpes-Maritimes

15 février 2007

Ségolène Royal à propos de l'Afrique

Au moment où se tient à Cannes la 24ème Conférence des chefs d'Etats d'Afrique et de France, nous vous proposons un passage du Discours de Ségolène Royal à Villepinte, le 11 février dernier, dans lequel elle évoque l'Afrique :

senegal

..."Il ne s'agira pas de manifestations éphémères, de cérémonies d'un jour, de tourner à brides abattues, mais d'un effort opiniâtre sur pied égal avec les Africains, dirigeants ou non."

(...) "Veiller à la sécurité de tous, c'est aussi donner l'exemple. Et c'est pourquoi nous continuerons à déployer nos forces au service du droit s'il le faut en Afrique comme au Proche-Orient.

La justice pour les peuples exige que nous parlions fermement en toutes circonstances devant nos alliés, nos amis et en agissant dans toutes les instances où se bâtit aujourd'hui la justice internationale.

Le développement implique que la France qui fut l'une des premières à plaider pour l'aide publique ne se paie pas de mots. Nous sommes tous terriblement en retard sur nos engagements à l'égard des pays défavorisés. Il faudra redoubler d'efforts et il faudra que la France, je l'ai dit tout à l'heure, parce que c'est une condition de notre survie et de notre avenir, indique le chemin à tous ceux qui s'accommodent à bon compte des promesses non tenues et des inégalités criantes. Non, cela ne sera plus possible, et la France le dira haut et fort.

Le réalisme, c'est aussi choisir nos priorités. Et nous regarderons d'abord devant notre porte, et je vais vous surprendre, ou peut-être pas, notre porte, c'est l'Afrique. L'Afrique est notre voisine. Elle est là cette Afrique, vivante, dynamique, mais accablée de maux et de tensions. Chaque Africain qui parvient souvent contre son gré à nous rejoindre en témoigne et il ne comprend pas qu'après tous nos beaux discours, nous nous tournions la tête et nous nous barricadions. Il ne comprend pas parce que l'avenir, qui appartient aujourd'hui aux Chinois et aux Indiens, encore oubliés, écartés voici moins de vingt ans, appartiendra peut-être demain à son frère, à son fils, je le souhaite, un Africain.

Car de quoi souffre-t-elle l'Afrique dont l'état de sous-développement nous diminue tous collectivement, nous affaiblit tous collectivement ? Elle souffre d'une économie mondiale absolument débridée qui ne laisse aucune chance à des productions agricoles fragiles et incapables de rivaliser avec les politiques de pays bardés d'atouts financiers et technologiques.

Elle demande un peu de bon sens, un peu de justice, recommande que l'on remette un peu d'ordre sur les marchés, que des avantages soient laissés aux pays les plus pauvres, que des préférences, il faut le dire, soient accordées, quitte pour celle-ci, pour l'Europe, en échange, à savoir orienter ses achats vers l'Europe et vers l'Afrique.

Organisons d'Europe vers l'Afrique et de l'Afrique vers l'Europe des relations favorisées et équitables, et sinon, je vous le dis, c'est la Chine qui prendra la place.

Et de quoi souffre la démocratie africaine ? D'un jeu trop brutal des alternances, du poids des oligarchies, de la corruption de certaines élites. Et je n'oublie pas cette honte, que fut à la toute fin du 20e siècle, le génocide des Tutsis au Rwanda, un crime contre l'humanité, une insulte à l'humanité de l'homme, un deuil pour le monde, ni enfin aujourd'hui la tragédie du Darfour que la communauté internationale a sans doute le moyen de stopper. Pourquoi ne le fait-elle pas ? Pourquoi la France, la grande France, celle des internationaliste qui ont ont fondé notre parti, celle des Républicains qui croient que nous avons sur la scène du monde un rôle particulier, ne fait-elle pas pression pour que s'arrête le massacre ?

La France, l'Afrique est à la portée... Oui, l'Afrique est à la portée de la France et de l'Europe, elle est à notre heure. Je veillerai à ce que celle-ci saisie et gardée. Il ne s'agira pas de manifestations éphémères, de cérémonies d'un jour, de tourner à brides abattues, mais d'un effort opiniâtre sur pied égal avec les Africains, dirigeants ou non." (...)

Posté par segoleneausud à 14:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    SEGOLENE EST VRAIMENT LA CANDIDATE D'UNE FRANCE METISSE ET D'UNE NOUVELLE VISION DU MONDE !

    Posté par HR, 15 février 2007 à 22:23
  • afrique

    La Correze avant le Zambèze

    Posté par marcel, 17 février 2007 à 11:23

Poster un commentaire