LA VOIE "ROYAL"

Désirs d'avenir 06 - Nice et Alpes-Maritimes

20 février 2007

Ségolène Royal : "Le moment est venu d'avoir une femme à la présidence"

S_gol_ne_ROYAL"Je pense être prête", a indiqué la candidate, invitée lundi soir de l'émission "J'ai une question à vous poser", sur TF1. Elle a présenté son projet de "société apaisée", à l'inverse de Nicolas Sarkozy "qui dresse les uns contre les autres".

Au début d'une semaine clé pour relancer sa campagne présidentielle, Ségolène Royal s'est déclarée lundi 19 février "très sereine et très solide". "Je pense être la seule à pouvoir incarner et réaliser le profond changement dont la France a besoin", a déclaré la candidate socialiste à la présidentielle, lors de l'émission de TF1 "J'ai une question à vous poser".

Pendant plus de deux heures, elle s'est présentée tour à tour comme la future présidente du "travail pour tous", "de la France qui entreprend" ou celle qui se battra "avec acharnement contre le chômage des jeunes qui déstabilise un pays comme le nôtre".

"Société apaisée"
Sans jamais citer nommément Nicolas Sarkozy, elle a opposé devant les cent "panélistes" son projet de "société apaisée" à celui incarné à ses yeux par le candidat de l'UMP d'une France "qui dresse les uns contre les autres".

Une semaine après la présentation de son "pacte présidentiel", la présidente de Poitou-Charentes a détaillé certaines de ses cent propositions.

Elle a notamment précisé que l'augmentation des "petites retraites" qu'elle prône concernerait les retraites inférieures au Smic net, soit 984 euros mensuels et rappelé qu'elle voulait organiser une conférence salariale dès son élection.

Elle est cependant restée prudente sur le rythme auquel elle comptait parvenir à un salaire minimum de 1.500 euros, l'une des mesures phares du projet présidentiel du Parti socialiste qu'elle a repris dans son "pacte". A Villepinte, elle avait mentionné une augmentation "le plus tôt possible".

"Je veux promettre ce que je peux tenir"
"Je veux promettre ce que je peux tenir", a-t-elle expliqué lundi, évoquant désormais une hausse étalée sur les cinq années de législature.

Adepte du contact direct avec les citoyens, la candidate socialiste était visiblement à l'aise derrière son pupitre translucide, qu'elle a quitté au début de l'émission pour aller réconforter un homme en fauteuil roulant ému aux larmes alors qu'il plaidait pour une meilleure intégration des handicapés dans la société française.

La première femme à avoir une chance réelle d'accéder à l'Elysée a de nouveau joué la carte de la féminité et de la maternité - poussée sur ce terrain par deux participantes de l'émission qui déplorait "l'inélégance" de certains dirigeants socialistes ou le manque de femmes dans l'équipe de la candidate.

"Je pense être prête"
"N'importe quel homme qui aurait mon itinéraire professionnel" ne verrait pas constamment sa crédibilité remise en cause, a estimé la candidate. Malgré ces doutes, "j'assume mon identité de femme", a-t-elle souligné.
"C'est beaucoup plus dur pour une femme. Mais je pense que le moment est venu pour la France d'avoir une femme à la présidence de la République." Et d'ajouter: "Je pense être prête".

Comme à Villepinte, elle s'est alarmée de la montée des violences et des colères dans les quartiers difficiles, un an après les émeutes de l'automne 2005. "Notre problème essentiel il est là", a-t-elle ainsi déclaré.

Les banlieues, "j'y vais beaucoup mais sans médias pour pouvoir très prochainement vous dire avec précision comment je vais empoigner ce problème là en tant que mère", a souligné Ségolène Royal.
(Reuters)Doc

Posté par segoleneausud à 10:16 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Ségolène attitude : Ele a été remarquable et appréciée par "la France profonde".
    Une preuve ? 8 commentaires sur 10 lui sont favorables sur...LCI.fr..C'est dire..
    DD

    Posté par danquigny, 20 février 2007 à 14:30
  • Bravo

    bravo et deux voix de plus dans ma famille
    bon courage ! ! ! ! ! ! !

    Posté par karine, 20 février 2007 à 14:32
  • Partante

    ... pour convaincre le plus de monde possible autour de moi. Non seulement en expliquant ce que les gens risquent avec Sarkozy... mais ce qu'ils ont à gagner avec Ségolène.

    Posté par Cendra, 25 février 2007 à 15:56

Poster un commentaire