LA VOIE "ROYAL"

Désirs d'avenir 06 - Nice et Alpes-Maritimes

28 mars 2007

Affranchie

Sans_titre

Présidentielle Editorial

Par Jean-Michel THENARD

QUOTIDIEN : mercredi 28 mars 2007

A Libération , on aime bien la gauche. Toute la gauche. Celle, utile et sympathique, de la protestation permanente liée par le serment solennel de ne jamais se colleter au pouvoir. Mais aussi celle qui gagne. C'est la plus dérangeante, la plus difficile à supporter, la moins facile à aimer. Car le pouvoir conquis, il lui arrive de se perdre en compromissions et en facilités. Ce n'est pas seulement la faiblesse des hommes, c'est le poids de l'ordre établi qui toujours parvient à mettre des bâtons dans les roues aux idéaux, difficiles à atteindre, de justice et d'égalité. Tel est le terrible destin de la gauche de gouvernement : risquer de décevoir dès lors qu'elle a soulevé assez d'espoir pour gagner. Mais tel Sisyphe, elle repart à chaque élection pour convaincre qu'elle peut changer le monde. Il revient à Ségolène Royal, cette fois, d'assumer la responsabilité de la conquête du pouvoir. Qu'elle soit une femme en situation d'emporter l'Elysée est une nouveauté mais pas une garantie de victoire. Au contraire. Cela lui a valu plus de coups que la moyenne, de la misogynie des éléphants jusqu'au poignard dans le dos d'un ex du PS touché en pleine campagne par la grâce du sarkozysme. La candidate n'est pas devenue une femme battue. Elle continue de faire jeu égal avec Sarkozy qui propose de poursuivre la politique qu'il mène depuis cinq ans. Contre la déprime d'une droite qui réprime, Royal a joué la proximité d'une gauche qui a appris de ses erreurs. Et a su renouer avec les préoccupations du plus grand nombre dont les plus démunis qui l'avaient quittée en 2002. 35 heures, insécurité, institutions, Nation, autant de sujets qu'elle a réécrits en affranchie. Il reste du travail. Pour l'heure, sa persévérance lui vaut d'être applaudie pour son «indépendance d'esprit» par la fille de Mitterrand. Pour ceux qui croient aux «forces de l'esprit», cela vaudra message du vieux Président. Pour les autres, Royal a encore quatre semaines pour rendre sa «révolution» convaincante.

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/243874.FR.php

© Libération

Posté par segoleneausud à 12:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    journée du sommeil

    La droite commence à montrer son vrai visage. D'ailleurs aujourd'hui même, à l'occasion de la journée du sommeil (un événement pourtant, a priori, bien anodin), Le Pen, Mégret et De Villiers signent leur première déclaration commune.

    Tous les détails sur le blog www.thedino.org

    Posté par Ernest, 28 mars 2007 à 23:27
  • "Si tu diffères de moi, loin de me léser, tu m'augmentes.." (lettre à un otage. St Exupéry).
    Ségolène est socialiste sans contestation..Elle l'est différemment,tout en s'y référant de fait.
    L'article de Libération est éloquent à cet égard
    Ségolène offre une valeur ajoutée à la Gauche,
    Elle transcende les courants et ravive les racines, les remet au grand jour. Rien ne lui fait peur et elle relève les défis avec réalisme et audace : Nation, Drapeau, Profit, Sécurité,
    elle maîtrise ces notions parce qu'elle est animée par un humanisme profond et un souci constant de l'ordre juste, de l'équité et dela confiance au courage des gens. C'est ce qui la distingue des autres, de tous les autres..et çà se voit sur son visage et çà s'entend..
    daniel danquigny

    Posté par daniel, 29 mars 2007 à 23:46

Poster un commentaire