LA VOIE "ROYAL"

Désirs d'avenir 06 - Nice et Alpes-Maritimes

18 septembre 2007

MOI ou ... Rien !

ben

C'est décidemment, une attitude hyper tendance chez certains responsables socialistes nationaux ou locaux, qui consiste à penser qu'au sein de leur formation politique, ce sera "MOI ou rien". Pis encore que "Moi, ou personne", qui supposerait que la vie continue après une éventuelle éviction, fut-ce-t-elle démocratique, de ces égos outrageusement hypertrophiés. Comment imaginer que quelqu'un d'autre puisse être choisi à leur place ?

Ainsi, ils ont souvent à l'égard de leurs électeurs, qu'ils soient militants ou citoyens, un certains mépris. "Puisqu'ils ne me reconnaissent pas comme le meilleur, ils auront ce qu'ils méritent : le pire". Ils auront donc des représentants à la hauteur de leur médiocrité.

Pourtant, il semblerait que ce constat, ne suffise pas à calmer leurs aigreurs. Ils ont besoin d'éructer toute leur haine, au travers de brulôts, pour les plus médiatiques d'entre eux, qui leur permettront au passage d'encaisser un bon pactole sur le dos de ceux sur lesquels ils déversent leur flot de haine et de rancoeur.

D'autres dont la notoriété ne dépasse pas les limites de leur petit territoire, usent de moyens plus modestes, mais néanmoins tout aussi destructeurs. Ils peuvent décider par exemple, de ne pas se soumettre au vote de ces militants socialistes lors d'une primaire. Militants socialistes qui, selon eux, ne représentent qu'eux-mêmes et auraient l'outrecuidance de leur "imposer" une primaire ! Ces militants socialistes, qui décidemment, sont si éloignés des préoccupations des citoyens... comme s'ils n'en étaient pas, ces militants qui ne font que des mauvais choix. Ils n'hésitents pas à jeter l'anathème sur ce Parti socialiste dans lequel plus personne ne se reconnait, cette machine vieillote aux rouages grippés, etc... Alors, forts de ces pitoyables constats, ils choisissent de s'en éloigner afin que leur "aura" ne soit pas éclaboussée par les errements indignes de tout appareil estampillé socialiste.

C'est ainsi qu'ils surfent avec délice sur une vague à la mode qui tend à dénigrer la capacité des socialistes à répondre aux attentes de nos concitoyens. Ils se répandent frénétiquement sur la supposée, et pour certains, espérée, agonie de ce vieux parti qui n'est plus à la hauteur de leur "grandeur".

Evidemment, le PS n'est certes pas très présentable en ce moment, ça nous sommes tous d'accord pour l'admettre, et nous en souffrons beaucoup. Mais est-ce une raison pour quitter le navire ? Est-ce ainsi que l'on traite un parti, ses militants, à qui l'on doit tant ? Que seraient ces gens là sans ce parti qu'ils ont choisi aujourd'hui de déstabiliser par leurs postures destructrices ?

Est-ce une raison pour accabler ceux qui persistent, ceux qui savent que la crise va passer, ceux qui travaillent pour relever la tête, ceux qui proposent de nouvelles pistes de travail, ceux qui osent faire bouger les lignes, ceux qui savent, quoiqu'on en dise, que le PS est toujours la force de gauche la plus importante de ce pays ?

Nous avons beaucoup à faire, beaucoup à construire, et il n'est pas admissible que ceux-là, soi-disant attachés aux valeurs et à la survie de la gauche, par pur calcul narcissique, avec pour unique dessein de régler des comptes personnels, accablent les socialistes et en profitent pour dérouler des tapis de velours sous les semelles de la droite.

Ceux-là, tous ceux-là, à mon sens, ne méritent aucune indulgence, car ne nous y trompons pas, ne nous perdons pas dans d'inutiles tergiversations sur les causes, les raisons, les ceci ou cela, ces personnalités ont suffisamment d'expérience pour savoir que toutes leurs manoeuvres n'auront pas d'autre effet que d'affaiblir plus encore qu'il ne l'est le PS. Chacun d'eux, à son niveau, en tirera un bénéfice qui ne les grandira que dans leurs fantasmes.

Posté par segoleneausud à 12:20 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Courage Ségolène ...

    Après les défections plus ou moins alimentaires (les traitres), les ambitieux qui veulent devenir calife à la place de François Hollande, l'estocade finale nous vient de la part de Jospin ...

    Est-il devenu fou (égo démésuré)?
    Veut-il se faire appeler par Sarkozy ?

    Quoi qu'il en soi il porte un coup très grave au PS, en insultant Ségolène Royal, et à travers elle les 62% de militants qui auraient, selon lui, choisi la plus nulle !!!
    Aurait-t-il oublié son résultat de 2002 ?

    Je suis furieux et honteux de voir pareilles choses se produire chez nous, au PS.

    Et si ce n'était la peur d'aggraver la situation, il mériterait l'exclusion, comme on l'a fait pour ce boute-feu irresponsable de Kouchner.

    Courage Ségolène, on est avec toi.

    Posté par René ALBERT 06, 18 septembre 2007 à 16:05
  • Bien envoyé

    Félicitations à l'auteur de cette mise au point et à René..La triste prestation de Jospin est pitoyable..Ségolène nous démontre encore sa capacité à demeurer digne et "à la hauteur" face à ses prédateurs rancuniers..Ils sont très très loin derrière et incapables d'évoluer..Gardons
    confiance en cette femme de valeur qui progresse
    sans cesse et dont les charisme plaît partout..
    Daniel

    Posté par Daniel, 19 septembre 2007 à 00:53
  • Désabusé

    Hier dans la réunion de section de Carros - qui était heureusement consacrée à bien d'autres choses - un camarade a demandé que nous décrochions le portrait de Lionel Jospin du mur.

    Puisqu'il n'y avait aucune opposition nous l'avons donc fait. Avec un peu de tristesse mais sans l'aigreur dont il est empli et qui fait du mal au parti socialiste.

    Il aurait pu être une conscience morale pour la gauche.

    Cette page est aussi tournée.

    FX

    Posté par FX Noat, 19 septembre 2007 à 11:11
  • les rats quittent le navire

    en effet nous assistons ces derniers temps à un drôle de ballet de la part des figures socialistes et nous pouvons déplorer l'image pathétique qu'ils donnent du PS; heureusement ils ne sont pas le PS à eux tous seuls. Leur départ, voir leur trahison même si elle est parfois douloureuse est en réalité une chance pour qu'enfin tel le phénix un nouveau PS puisse renaître de ses cendres enfin débarassé de ces éléphants trop lourds pour bouger. Cela prouve que Ségolène a eut bien raison de ne pas trop s'appuyer sur eux pendant la campagne, ses millions de voix sont les siennes et pas celles du parti. Elle continue son chemin sans se laisser entraîner par cette guerre des égos, la renaissance du PS ne pourra se faire qu'avec elle.J'espère quetous nos messages lui apportent les soutien et l'énergie positive dont elle a besoin. Sans les rats le navire sera plus léger et ne coulera pas.

    Posté par soso, 20 septembre 2007 à 09:28

Poster un commentaire