LA VOIE "ROYAL"

Désirs d'avenir 06 - Nice et Alpes-Maritimes

30 août 2006

Ségolène Royal se dote d'un état-major de campagne

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal a franchi un pas supplémentaire dans la course à l'investiture du Parti socilaiste pour l'élection présidentielle de 2007 en annonçant la mise sur pied d'un véritable état-major de campagne.

"C'est une étape en avant", a déclaré à LCI l'ancienne ministre, qui avait annoncé auparavant à Reuters qu'elle avait décidé de nommer trois porte-parole, dont le turbulent député Arnaud Montebourg, classé à l'aile gauche du PS.

Les deux autres sont Jean-Louis Bianco, également député, ancien ministre et ancien secrétaire général de l'Elysée, et le député européen Gilles Savary.

Jean-Louis Bianco est membre du groupe "Nouvelle voie" qui milite au sein du PS pour une rénovation du parti.

La compagne du premier secrétaire François Hollande a choisi trois autres responsables du PS pour animer un conseil politique dont elle rendra publique la composition la semaine prochaine.

Il s'agit du député de Paris et adjoint au maire de la capitale chargé des questions de sécurité Christophe Caresche, lui aussi membre de "Nouvelle voie", du député de la Nièvre Gaëtan Gorce et du premier secrétaire fédéral des Bouches-du-Rhône Eugène Caselli.

Ce conseil politique, qui se réunira une fois par semaine, existait déjà de façon informelle depuis deux ou trois mois sous la forme d'un groupe de travail qui se réunissait régulièrement et s'est étoffé au fil des semaines, précise l'entourage de la présidente de la région Poitou-Charentes.

Trois jours après l'université d'été du PS, Ségolène Royal semble ainsi avoir voulu prendre de vitesse ses rivaux pour l'investiture socialiste, qui n'ont pas ménagé leurs attaques contre elle tout le week-end dernier à La Rochelle.

"Le débat monte, donc on s'organise", a-t-elle fait savoir à Reuters.

"J'ai répondu particulièrement à tous ceux qui m'entourent, qui travaillent avec moi (...) qui en avaient assez d'entendre que j'étais seule", a-t-elle précisé à LCI. "C'est important que je ne sois pas seule à répondre à tous les argumentaires que l'on entend."

ATTAQUES "HUMILIANTES"

Elle a souligné qu'environ 220 personnes - syndicalistes, hauts fonctionnaires, responsables d'entreprises, acteurs divers de la société civile - lui fournissaient déjà des notes, des éléments de réflexion et de diagnostic.

S'y ajoutent la quarantaine de personnes qui animent son site internet "Désir d'avenir", selon son entourage.

Ségolène Royal, à qui il a été reproché de s'être abstenue de participer à un échange avec les jeunes militants socialistes lors de l'université d'été du PS, a récusé l'accusation de refus du débat que ses détracteurs ont lancée à son encontre.

"Je pense être une des responsables politiques qui débat le plus", a-t-elle dit à LCI. "En revanche, je ne confonds pas le débat avec les militants du PS, qui bientôt auront à se prononcer (...) avec les citoyens aussi (...), avec la confrontation brutale ou inutile entre candidats."

"Donc, chaque fois que ce que l'on me propose est une confrontation, compte tenu en plus de toutes les attaques que j'ai entendues, je ne m'y prêterai pas parce que les militants sont trop malheureux lorsque les responsables socialistes se disputent", a-t-elle ajouté.

Elle a souligné que les attaques personnelles dont elle est la cible dans son propre camp étaient "extrêmement pénibles à vivre", blessantes et parfois "humiliantes", mais qu'elle s'interdisait d'y répondre.

"Je le prends comme une épreuve à surmonter. Il faut (...) se dire que finalement ceux qui font ça veulent peut-être m'éprouver ou mesurer mes capacités de résistance et d'action pour la bataille principale qui sera celle contre la droite."

Selon un sondage Ipsos pour l'hebdomadaire Le Point, elle rallierait 57% des suffrages des électeurs proches du PS au premier tour d'une primaire face à l'ex-Premier ministre Lionel Jospin, aux anciens ministres Dominique Strauss-Kahn, Jack Lang et Laurent Fabius, et à François Hollande.

Ce sont en fait les militants du PS qui doivent choisir un candidat cet automne. "Entretemps, les Français vont voir comment, avec mon équipe, je travaille et je me prépare", a conclu Ségolène Royal.

- L'interview de Ségolène Royal sur LCI http://www.dailymotion.com/video/xcfen_segolene-royal-comite-de-campagne

Posté par segoleneausud à 23:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Et une nouvelle étape...

    Quelle belle preuve d'efficacité et de pragmatisme. Plutôt que de perdre son temps à commenter les petites phrases assassines (tous les jours plus nombreuses...)et les propos la dénigrant, Ségolène Royal poursuit sa route sereinement et franchit donc une nouvelle étape en constituant son comité de "campagne" empreint de renouveau,compétences et expérience à l'image de 2 de ses porte parole JL Bianco et Arnaud Montebourg.
    Nul doute que c'est une nouvelle étape vers son investiture le 16 novembre et nous l'espérons sa victoire en mai 2007..

    Posté par charlotte, 31 août 2006 à 09:32

Poster un commentaire